Dans la savonnerie maison, il y a 2 groupes qui s'opposent : ceux qui cherchent la phase de gel et ceux qui essayent de l'éviter. En fait chacun peut faire comme il lui plait...

Késako la phase de gel?

Soyons didactique, la réaction de saponification c'est ça:

                   REACTIFS                                     PRODUITS

765px_Saponification_triglyceride_fr

         HUILE            +   BASE         =>          SAVON       + Glycérol

Cette réaction chimique est:

- EXOTHERMIQUE = dégage de la chaleur soit l'énergie, donc est très favorisée dans le sens de la production de savon. Dans nos conditions normales de température et de pression de nos cuisines et terrasses, la réaction se fait irréversiblement de gauche à droite. Il est IMPOSSIBLE de faire la réaction dans l'autre sens, c'est à dire faire de la base et des acides gras à partir de glycérol. Dans certains forums, j'ai lu le terme DESAPONIFICATION. La désaponification reflète dans ce cas la séparation de la phase huile et la phase aqueuse contenant la soude et arrêt de la saponification par manque de contact entre les molécules. Cela peut arriver:
          ¤ quand on n'émulsionne pas assez la phase aqueuse et huileuse pour mettre en contact les

             acides gras et la base.
          ¤ quand la température des huiles est trop base et que les huiles solides se figent = fausse

             trace

- TOTALE = la réaction s'arrête quand il n'y a plus de réactifs à transformer (huile ou base). Dans les conditions de surgraissage (plus de huile que de soude), la réaction s'arrête quand il n'y a plus de soude. C'est pourquoi il est très important de calculer la quantité de base à ajouter à chaque fois pour des questions de sécurité. En cas d'erreur pour la soude, il est POSSIBLE de rectifier la soude excédentaire en rajoutant de l'huile manquante si le savon n'est pas figé ou de rebatcher si le savon est déjà dur. La réaction se fera même à froid mais plus lentement.

Pour accélérer la saponification, on maintient donc une température élevée et une agitation continue pour augmenter le contact huile/soude

Revenons à nos moutons.

La phase de gel est visuellement cette partie translucide et plus foncé obtenu dans le moule dans les heures suivant le moulage.
Il faut savoir que tous les savons faits par le procédé à chaud passent par la fameuse phase de gel.
Elle reflète simplement la montée de température normale de l'émulsion huile/soude et une saponification efficace. Dans le procédé à froid, la phase gel est favorisée par :
- la température des huiles avant saponification et soude, plus le mélange est chaud, plus il montera rapidement en température une fois moulé (38-42°, pas trop chaud sinon grumeaux, iil faut trouver le bon équilibre de température)
- par la quantité de savon dans le moule et la forme du moule :plus le moule contient du savon, plus la chaleur monte (= moins de surface d'exposition, donc +++ isolation)
- par le fait d'isoler ou non son moule. plus le mélange est maintenu à température chaude, plus la phase gel durera (effet thermos)

Un savon simple sans HE fragiles moulé dans un moule rectangulaire tout simple devrait être isolé dans des serviettes pour favoriser la saponification. La cure qui suit servira surtout à sécher le savon et à consommer éventuellement le reste de soude restant.

Cependant la réaction de saponification se fera même si il n'y a pas cette phase de gel qui dégage de la chaleur.
Dans le cas d'utilisation d'huile essentielles et de lait animal, il vaut mieux éviter une phase de gel importante sinon on perd tout bénéfice des HE ou on cuit le lait... il faut néanmoins que le mélange chauffe pour vérifier l'amorce de la réaction à la trace mais ralentir la montée de température après.
Il suffit de verser le savon dans des petits moules à une trace très épaisse (pour minimiser la séparation des phases éventuelle) ET mettre au frigidaire pour ralentir et bloquer la montée en température.
Pour répondre rapidement à la question qui arrive :

NON le froid ne casse pas la saponification, il la ralentit uniquement.

Si la trace est épaisse, la saponification du mélange est quasi finie au moulage.
Le savon passera obligatoirement une longue cure pour finir tranquillement la consommation de la soude restante (> 4 semaines).

Finallement, on favorisera ou non la phase de gel non obligatoire en fonction du savon voulu.
Il faut simplement éviter d'avoir une phase de gel hétérogène sauf pour raison esthétiques, car cette hétérogénité est souvent source de problèmes au démoulage.